agosto 29, 2012

Séance de clôture de la deuxième Assemblée de Tunis

Joseph Chilengi, Président du Comité de Pilotage Dialogue avec les Organisations de la Société Civile – Union Africaine

Thank you so much chair and may I also take this opportunity to extend my greetings to his excellence the ambassador of Poland on the behalf of the European colleagues. Mr. chair person, ladies and gentlemen you need to forgive me I am really in a catch of time but I will later do what I can do to share the little that we have from the African perspective. Let me thank the people of Tunisia great people of the country and also the organizers for having taken the initiative to have this second Mediterranean citizens’ assembly in Tunisia. Tunisia is a country that now occupies great history in Africa, in the world and abroad democratic space.

Mr. Chair person I think the most important thing that we need to look at from this perspective is what lessons I will learn from citizens and political participation for democratic governance and I am going to focus my intervention on North Africa which forms a path of the access of the Mediterranean and I will also indicate critical African union policy frameworks in this context.

First before I go to discuss in detail exactly what this situation means to the continent, I have to mention two important policies of the union that one major policy which I think from the context of our international corporation is not negotiable and I think this sings very well with our partners is that Africa must be treated as one continent. Secondly in Africa is the only continent where it also recognizes Islamic low. Those are two fundamental policy acting points within the context of the political dispensation within the union. Mr. Chair in the beginning of last year and this year Africa again has taken central stage on every news platform in the world this time it was not the usual Africa where we take central stages of news because of hunger because of poverty because of you know degradation but this time Africa took central stage all for the right reason that is the democratic emergency within the north African region in this very aspect chair the people of this region believe they were denied the opportunity for rule of democracy and basic human rights opportunities. Our north African brothers in Tunisia, in Egypt and Libya have decided to take matters in their own hands the whole world we watched as millions of citizens from these countries stood up to the powers that been and demanded a new form of governance for themselves and I emphasize governance for themselves.

The protests that took place in these countries led to the top lean of long standing African leaders in raising fear in neighboring countries where similar forms are beginning to raise and to suffice. In particular I need to emphasize that in North Africa two thirds of the population is under thirty. The highest percentage of young people in the world is in North Africa. The average age in Egypt for example is 25 in Libya is 24. The high youth unemployment creates fevered desire for change and the electronic media provided a way to organize as a box waiting for this pact to set off. I wish to quote the US secretary of state Hilary Clinton who wants the region’s founding foundations were sinking in the sand. Okad as we all know may his soul rest in peace, when a Tunisian man set himself on fire to express his frustration with not being able to make a living and with corruption it is called the Arab spring. We have discussed for the last four days and the youth revolution similar to the democratic uprising in Latin America 20 year earlier reminds that history includes ideological revolutions and our discussions within the rooms of the Mediterranean citizens I think the most important thing is the issue of historical link between the citizens of Mediterranean south and Mediterranean north. This reminder of ideological revolutions that are more than resume change were also experienced in1789 in the US, Russia in 1917, china in 1949 the NASA revolution in 1952, Cuba in 1959 and Iran in 1979.

Gentlemen before the youth revolution started in 2011 in this region a Muslim leader who rejects extremism I cote “Arab and Muslim youth need to be listened to, no one listens to them, they have dreams we need to bring those dreams but governments ignored their unrest of high unemployment in rising full prices. All of you are aware that there is an Arab Islam wit which refers to those who lean against the law without wit and in humiliated manner it is this situation which created what is called the Arab spring within the African continent and I want to emphasize.

President Ben Ali is gone, Mubarak is gone, and Ghadhafi is gone. In the youth revolution lips frog from twitter to internet to Al-Jazeera to rap music and to all these things. In contestation with this aspect what then is the African union perspective of the Mediterranean citizens’ agenda?

Our view and I want to emphasize is that we support all citizens initiative. And this initiative needed to be supported because the Mediterranean citizens of the south are African citizens as well and within the African political discourse you need then to link your agenda to the political agenda of the continent and link the political agenda of the continent to the continental agenda of the continent. How then do you do this?

I wish to bring to your attention that my advice is that this citizens’ assembly which is made up of citizens of Africa must learn to understand the African institutional protector for policy influence and program influence and input. Africa is the only continent in the world where our political leaders have made a liberate decision that they needed to put citizens’ participation at the center of all their work. In response to this the African union established the economic social and cultural council of the African union which is ECOSC. This is a civil society parliament if I may call it of the African union. ECOSC is an organ one of the five organs, important organs of the union established under provisions of article 2 and 5 and 22 of the constitutive act of the union and becomes a critical element that all of us should do in order to engage in our work. How then does this citizens’ assembly in terms of policy direction and input benefit the African political agenda? As I did allude to the economic, social and cultural council of the African union is made up of hundred and fifty representative from Africa and the African Diaspora. Each country is supposed to elect in an assembly of four years two representatives and each region of Africa that we have five regions is supposed to elect two representative organizations that work at the sub regional level and eight that work at continental level plus twenty representatives of the African Diaspora.

Now the important policy decision of the union is that the African Diaspora is now the sixth region of the union as the liberate policy orientation to insure that the African Diaspora also participate in the policy and the program formulation of the union. So they are provided twenty seats within the ECOSC Geneva assembly. ECOSC as an organ of the union reports directly to the hid of state and government. The seat I have been in since 2008 the chair person for political affairs of the union of ECOSC reporting or providing advice or opinion to the heads of state and government on issues of democracy, governance, human rights, international criminal justice, refugees, IDPs, electoral processes, etc.. Now the operations of ECOSC are not only meant for those in the Geneva assembly, they are committee that establish for all civil societies from Africa and African Diaspora and they are supposed to participate.

My opinion then because of time factor is that this very important gathering of Mediterranean Citizens’ Assembly in particular those from the south and also those from the north who have African origins, who are African Diaspora should then begin to insure that you find yourself  using your country representation and Diaspora representation into the ECOSC Geneva assembly. Within there you are going to take the whole agenda of Mediterranean immediately into the political process. Secondly I also share the Africa EU civil society enter into dialogue under the Lisbon declaration. Again citizens from Africa and those in Europe must endeavor to insure they find themselves specials on these steering comities; the Africa steering committee and the European steering committee because whatever policy decision we decide we will report to the political process of the two continents the African union and the European union member states. In addition I also share the African side of the Africa EU human rights dialogue where we discuss human rights issues between Africa and Europe. Again it is important that members from here find themselves into this process of human rights dialogue from the African perspective and those from Europe find themselves in the Europe steering committee then we will be talking to implement an African and European agenda in as far as the Mediterranean question is concerned. In addition to that I also seat as a member of the African union implementation team on Africa EU relations. There is also the European implementation team on Europe Africa relations. The heads of state and members’ state have also decided that the civil society space within the informal group and everything else find space to ensure, and I will work with you I think I will leave the e-mail of ECOSC here for everybody because we need to begin to engage from here and move the agenda quickly and forward. Find yourself on these implementations because we discussed policy directions and policy decisions between Africa and Europe.

So if we find ourselves strategically into all these spaces I have given you from both Africa and Europe we would be speaking the same language our influence, our agenda within the citizens of the Mediterranean will move quicker and faster within this context because they not know our agenda but shall influence our agenda within the discourse of the two intercontinental dialogues.

Chair before I quickly end up in a rush way I think it is also important to note within the discourse of the African union that African union is now in dynamism I have told you that it is the only institution global UN has an official space for civil society as part of the African union that is a plus. Africa is the only region most of you do not know which has the most standard setting procedures we lack challenges and implementations, yes. We have the African human people’s right so we combine both human and people right it means we recognize individual rights as human rights we also recognize group rights. So within the African citizen the group of African Mediterranean population you fit within the context of the human rights strategies for Africa. It is in that dynamism because it has recently adopted also an African governance architecture. I have no time to go into details. It is in dynamism because it has just adopted human rights strategy for Africa, it is in dynamism because it has just adopted the African governance platform for where all of you have to seat and bring your issues related to governance. It is in dynamism because Africa and EU have also created an Africa EU governance platform where you also have space. So unless you understand this policy spaces that exist it will make our work to move much quicker, faster in the direction that we are moving in.

Chair allow me to quickly end up here and thank everybody for listening to me and sorry I had to be in a hurry and speak so quickly because the issue of time caught up with me. Thank you to the organizers, thank you the whole team of people that have been organizing this meeting and we hope that we engage each other now and in the future.

Joseph Mifsud, Président – Université Euro-méditerranéenne

THE UNIQUE PROFILE OF EMUNI – the official Higher Education institution of the Union for the Mediterranean, a tangible partner for the Mediterranean Citizens’ Assembly.

What does Emuni stand for in the academic universe?

•A concept of concrete academic cooperation within the Union for the Mediterranean (UFM) at the service of civil society, local communities, national Governments, the world of work and the world of research.

•A devolved open university with a focused aim of bridging learning communities.

•Using the strengths of individual universities to focus on just in time programs

•Real collaboration of academia, industry and other institutions within the UfM.

•Not re-inventing the wheel but making sure that all have the opportunity of using it to move forward.

1. Formally launched in June 2008, since February 2009 Emuni is legally established as a postgraduate university with degree awarding powers under Slovenian law in line with the Bologna Process. Emuni has been founded by Universities, Research Institutes and other academic and expert institutions from the Union for the Mediterranean countries to support the development of the Mediterranean region and to improve the Euro-Mediterranean relations in line with the objectives agreed for the Union for the Mediterranean. Emuni is an international (i.e. Euro-Mediterranean) organisation with its seat in one of the members of the Mediterranean Union. Its headquarters is based in Slovenia but its campus is the entire Euro-Mediterranean region.

2 The activities of Emuni should not duplicate nor should they compete with existing activities or institutions. Its provision is to be complementary, seeking synergies by combining resources and engaging in innovative postgraduate teaching and advanced, impact-focused research.

3. The activities are delivered through its wide network of over 100 universities and organizations, the so-called Founders and other partners. The EMUNI may promote among the Founders some research centers on specific topics such as the Mediterranean environment, the Euro-Mediterranean cultural heritage, the Euro-Mediterranean trade, or permanent work groups for information on its activities, diffusion of its research, mobility and organization of teaching activities. One of the aims of Emuni is to support the creation of a network of Centers of Excellence in the Euro-Mediterranean area.

4. The teaching and research developed by Emuni is to be needs based, which in itself will be the result of a ‘listening before lecturing’ philosophy. For this purpose it will organize and take part on a continuous basis with dialogue sessions, bringing together governmental authorities, public and private sector representatives and knowledge sector representatives. These sessions will help to formulate priorities and concrete programs. They will also help to mobilize and generate resources.

5. Consistent with this focus on needs, Emuni will focus in its work primarily on applied research and on postgraduate teaching activities that are capable to promote professional skills which are most requested or most essential for the development of the area (“needs and impact approach”), leaving the more theoretical and fundamental work in the knowledge sector to existing institutions of higher learning.

6. Equally consistent with this focus on needs and impact, Emuni draws for relevant expertise from the communities of its founding members and well as resources outside the traditional academia such as the MCA. It creates groupings of relevant expertise with essentially a virtual base and spread throughout the region, which is quite different from conventional higher education institutions.

7. Emuni will develop its own postgraduate degree programs based on needs and impact and responding to priorities and funding opportunities, but in addition will also offer so-called Emuni labels for degree programs and similar activities that are in line with its mission and objectives. It will promote blended learning and its activities are inclusive rather than exclusive in nature.

8. Besides degree programs and research projects Emuni also offers short courses, summer school activities, seminars, conferences, publications et cetera, in order to support its mission and to ensure effective impact and high visibility.

9. Not having a large campus to maintain nor employing a large academic community itself allows Emuni to be lean and efficient in its operations. Responsibility for the direction and quality of its academic activities rests with the president and the senate, which is composed of elected representatives of the Founders. Responsibility of the general strategic direction and financial well-being rests with an independent governing body which also has the task to ensure Emuni remains a non-political culturally non partisan organization. Members of the Emuni all-party parliamentary EU and EMPA group monitor twice a year in a formal session progress of Emuni.

10. The Slovenian state supports the costs of the Secretariat of Emuni and related costs of the HQ. The European Commission has earmarked funds for activities relevant to its objectives. However, effectively Emuni is dependent on external financial support for its operations. The size of its operations and its impact and visibility depends heavily on the support of the states of the region and contributions from employers, NGOs and others. In June 2008 Kuwait was the first nation to make a formal donation (of 1M euro) to Emuni to support its launch.  The European Union has also granted a service contract to Emuni to act as its higher education beacon in the Mediterranean and to support the creation of postgraduate programs, a research souk in Slovenia, then in the Biblioteca Akexandrina in Egypt and in 2011 in Lebanon, a higher education observatory and listening conferences throughout the Mediterranean region.  Emuni will also monitor Migration and Migration Policies in the Mediterranean with other partners as from 2012.

II. THE MULTI-LAYERED OPERATIONS OF EMUNI

Over time EMUNI will implement the objectives indicated above by adding layers of activity to its operations. For each layer it defines concrete multi-year quantified targets for planning purpose.

1. Level 1: Offer short courses/summer schools in Portoroz and elsewhere in the region through its network of partners.

2. Level 2: Emuni supports and develops publications to accommodate research output, bring expertise together and raise its profile. It develops a mainly virtual community of relevant experts, in the Euro-Mediterranean region and beyond.

3. Level 3: Emuni ‘labels’ are made available to selected degree courses (masters) offered throughout the region by partner institutions that fit Emuni’s priority areas and fulfill Emuni criteria.

4. Level 4: Emuni engages with and initiates ‘hearing’ sessions, colloquia and conferences as well as high level bilateral meetings that bring together key parties within cluster areas to establish the priorities in needs and opportunities for delivery of services.

5. Level 5: Emuni translates outcomes of level 4 into specifically designed master degree courses.

6. Level 6: Emuni translates outcomes of level 4 into research activities that aspire to have a tangible impact.

7. Level 7: Emuni offers doctorate programs linked to activities under level 6.

8.  Level 8: Emuni establishes a network of antennae/beacons/centers of excellence/light houses in the region, such as Medadrion.

Emuni is focusing specifically on the following objectives:

Priority Areas of the Union for Mediterranean:

•De-pollution of the Mediterranean

•Maritime and Land Highways

•Civil Protection

•Alternative Energies

•Higher Education and Research, Euro-Mediterranean University with the seat in Slovenia

•The Mediterranean Business Development Initiative

It is also planned that three Ph.D. programs specifically linked to citizens’ life’s are launched with the label of the Union for the Mediterranean in 2012.  These will focus on Human Rights, Leadership, ethical development and good governance.

The Role of Emuni

Emuni is the only official Union for the Mediterranean Higher Education Institution recognized by the Paris Declaration of 2008 and formally ratified by all the countries of the Union for the Mediterranean.  Its interest in the Southern Mediterranean Basin, the Western Balkans, the Adriatic and the Ionian are of course the basic foundations of the Mediterranean collaboration.  Focusing on the six priorities of the Union of the Mediterranean, Emuni is the institution which is the focal point for the Anna Lindh Foundation, the Secretariat of the Union for the Mediterranean, ARLEM, the Euro-Mediterranean Parliamentary Assembly and the Parliamentary Assembly of the Mediterranean.  With each of these entities it has organized seminars, conferences, and colloquia aimed to disseminate knowledge about higher education and research throughout the UFM.  It is the intention of Emuni to continue its current collaboration with other partners in the region, linking its mission in the Mediterranean to the intercultural dialogue that it has set it in the Middle East.  The relationship with the MCA with its natural partner Emuni is a step in the right direction and aims to establish synergy and coordination in a region which needs tuning and foresight for its economic survival. Emuni is convinced that with the creation of a management structure to identify synergies, the ACM can be an excellent basis of on the ground activities focusing on young graduates and on the development of just in time education, which is a major objective of EMUNI.

III. The Tangible Cooperation between ACM and Emuni

There can be no real research and education, unless citizens from the Mediterranean are involved tangibly and deeply in the process of the Union for the Mediterranean.  From the discussions that I attended during the various Agora, I have an impression that what the citizens require and are requesting is Baraka, dignity.  Dignity of work, dignity of participation in local affairs, dignity of opportunity.  I believe that the ACM and Emuni should turn these ideas into concrete actions.  Emuni will be organizing in 2012, a number of events throughout its 200 institutions.  The Research Souk to be co-jointly organized in Amman, Jordan and in Murcia, Spain, and the East Meets West Innovation conference to be organized in Cyprus under the EU Presidency of Cyprus are two such events, that will act as a pull factor for the incredible human resources, of citizens, NGO’s and institutions that constitute ACM.  For all of these events, Emuni intends to invite ACM to participate fully.  It is also my wish, as President, to organize together with the ACM, a summer school on the principles professed in the ACM Tunis conference, mainly:

to consider seriously the claims of UfM citizens, in a spirit of dialogue, openness and respect for human rights, both in terms of freedom of establishment and organization, of freedom expression, or the opportunity for the dissemination of ideas and initiatives and to emphasizes the importance of structuring citizens’ initiatives in networks capable of pushing the political and educational space of the Mediterranean community of the peoples.

Finally one must add that Education, the media, mobility of citizens and promotion of their common heritage, women and young people are by nature the actors as well as the essential ingredients of a relationship between the two shores of the Mediterranean that in the short term offers peace and for the longer term guarantees a wealth of exchanges based on hopes shared at last by all.

Henry Marty Gauquié, Directeur, Représentant pour la France et la Méditerranée –  Groupe Banque Européenne d’Investissement,

Merci beaucoup, cher Vicent, pour ta présidence et de me passer la parole en cette matinée. Nous sommes tous un peu fatigués, surtout après l’excellente soirée d’hier soir qui nous a amené dans le milieu respectif avec beaucoup de retard alors je vais essayer de ne pas me répéter par rapport à ce qui a été dit dans l’agora numéro 2 d’hier à propos des questions économiques. Je m’excuse auprès de ceux qui n’ont pas eu le privilège de participer à cette agora et je vais donc me focaliser sur trois idées ; où sommes nous ? De quoi s’agit-il ? Où allons-nous et surtout, avec qui ?

Où sommes-nous ? Je voudrais me rappeler ce qu’a excellemment dit monsieur Morin ce matin sur le caractère profondément humain des mobiles de la révolte démocratique dans les pays arabes. C’est donc un appel à des choses qui sont profondément  universelles, c’est-à-dire l’attente, le désire, le besoin, l’exigence d’exister dans la dignité, d’exister politiquement et d’exister économiquement. Cela ne peut pas nous laisser insensibles et surtout, ce n’est pas un problème spécifique au monde arabe, c’est un problème spécifique à l’humanité. Il y a une partie de l’humanité qui change le logiciel politique profondément et par la suite le logiciel économique et donc, ça concerne toute la région et pour le moment, tout le reste du monde également et on l’a bien vu avec des réunions que le G8 a consacrées sur le sujet.

Alors deuxième idée, toujours sur le premier point « où sommes-nous ? ». Nous sommes dans un processus post révolutionnaire, bien qu’il y ait beaucoup de pays qui n’ont pas encore fait leur révolution, je pense à l’Egypte, je pense à la Syrie, à Oman etc….nous sommes dans un processus post révolutionnaire qui fait suite à deux années de crise économique extrêmement violente, ce qui veut dire que la situation économique de tous ces pays, indépendamment même de ceux qui ont été détruit par une guerre civile, je pense à la Lybie par exemple ou bientôt à la Syrie, sont tous dans une situation économique extrêmement détériorée. Prenons l’exemple de la Tunisie. La Tunisie a actuellement un déficit budgétaire au premier novembre qui est de 6,5% de son PIB, ce qui n’est quand même par rien, c’est même beaucoup. La Tunisie s’est trouvée, tout comme l’Egypte d’ailleurs, à passer d’une croissance positive au taux de 4% à 2010 à -3,5% et à -2,8% au premier trimestre. Des pans de l’économie se sont effondrés, on pense notamment au tourisme, on pense notamment  à une partie du commerce extérieure, aux investissements directs étrangers, bref tous ces flux financiers extérieurs qui servent traditionnellement à rééquilibrer, si vous voulez, le budget contenu de l’énorme déficit structurel de commerce extérieur de ces pays vis à vis du Nord. Ils sont donc dans une situation profondément dégradée où ils cumulent à la fois des déficits de balance de payement et un déficit budgétaire et ceci, d’autant plus que les mesures sociales de récompensassions, c’est-à-dire les amorces politiques sociales ont été multipliées par au moins 50%, voir quelque fois 100% selon les pays. Donc les marges de manœuvres économiques sont infimes, les attentes politiques, économiques et sociales sont immenses, elles sont non seulement immenses mais elles sont exprimées à la hauteur de leurs contenus, c’est-à-dire d’une manière quelques fois selon des ordonnées, ce que moi j’appelle un conflit d’impatience et ce conflit d’impatience, il va falloir le gérer en tenant compte du facteur temps et des marges économiques disponibles. Il faut évidement prendre des mesures à court terme salvatrices qui rémunèrent, si j’ose dire, ceux qui ont fait la révolution et qui mis leur vie en jeu et leur courage en tout cas sur la table. Il ne faut en même temps pas péjorer à l’avenir c’est-à-dire, il faut faire du court et du long terme.

Et au milieu de tout cela, il y a un processus fondamental, c’est mon deuxième point, « de quoi s’agit-il ? ». En fait, il s’agit d’un processus absolument fondamental de remise en cause de l’organisation de la société, le bouleversement de la société, de l’organisation tant politique qu’économique. On est dans une vraie révolution, même le Maroc qui n’a pas fait de révolution mais qui est en évolution démocratique depuis quinze ans est, au fond, confronté à cette même mutation. Nous sommes, au sens propre du terme, dans une révolution. Pas la révolution qui a été évoquée tout à l’heure, celle de la terreur, mais nous sommes dans une révolution où  le politique tient à l’économique et où l’économique tient au politique, c’est-à-dire que s’il n’y a pas de progrès politique, s’il n’y a pas de rémunérations pour l’économie, il ne peut pas y avoir de stabilité et de croissance économique s’il n’y a pas stabilisation politique. On est donc vraiment dans une situation assez difficile, on est en train de changer. Je parlais tout à l’heure de logiciel politique mais d’un point de vue économique, on est en train de changer de paradigme. Le paradigme pour le développement de cette région autrefois, c’était la croissance par la libéralisation de l’économie et c’était l’intégration par la zone de libre échange. On voit très bien où ça nous a amené, ça nous a amené vers le déséquilibre des territoires, vers  la constitution de poches de pauvreté et donc d’exiles ruraux vers les villes, ça nous a amené vers le sous équipement et vers, finalement, le capitalisme autocratique, captateur et donc, le mouvement démocratique que nous connaissons.

Le nouveau paradigme, c’est une justice plus impartialité de l’Etat et la loyauté des politiques face à l’intérêt général ainsi que l’organisation de la convergence, la convergence interne et la convergence externe. La convergence interne, c’est une convergence territoriale entre les territoires des lycées Kasserine, par exemple Sidi Bouzid, et les territoires qui sont déjà développés. Egalement une convergence générationnelle entre les jeunes qui sont à la fois exclus du pouvoir politique et du pouvoir économique et ceux qui sont encore au pouvoir. C’est aussi une convergence externe, une convergence entre les pays du Sud. On a beaucoup évoqué ici la coopération Sud/Sud qui malheureusement n’est pas au niveau où elle devrait être, une convergence entre les deux rives méditerranéennes, le Nord et le Sud et donc ça, c’est un processus qui est long et qui est un processus évidement politique.

De quoi s’agit-il en fait ? Il s’agit de nouer un nouveau pacte social. Les pactes sociaux, ça ne se nourri pas sur la sphère marchande de l’économie, ça se nourri sur la sphère non marchande de l’économie, ce qui veut dire que pour pouvoir alimenter la constitution d’un pacte social, il faut une puissance économique globale. C’est quoi un pacte social ? C’est trois facteurs. Le premier, c’est la régulation pour qu’un système de partage de la richesse soit créé au premier point de cette régulation, et ce système de partage là, il peut passer par la protection sociale, il peut passer par l’éducation, il peut passer par des systèmes de subventions etc.….ça c’est au peuple, si j’ose dire, et à ses représentants de choisir. Mais fondamentalement, au cœur d’un pacte social, il y a quelques régulations de la production pour une meilleure distribution des richesses. Le deuxième point, quel type de protection sociale ? Une protection sociale par le privé, c’est-à-dire un système d’assurance et une protection sociale par la répartition, c’est-à-dire le système de cotisations sociales etc.…et le troisième point, quelle logique économique ?

Est-ce qu’on est dans une logique économique solidaire ? Ou est-ce une logique d’économie capitaliste régulière ou une logique d’économie administrée ? Tout ça, encore une fois, ce sont des choix politiques absolument fondamentaux et au fond, personne d’autre que les pays et les opinions publiques de ces pays concernés ne peuvent faire ces choix. Ce n’est pas à l’Europe, ce n’est pas au reste du monde de faire ces choix, ce n’est pas même à nous, sociétés civiles du Nord de faire ces choix. C’est à la société civile, à ceux qui ont été élu, au gouvernement qui procède à ces élections de proposer des options et de faire ces choix donc vous êtes, au fond, face à vos propres responsabilités et forcément, ça sera un processus long. Je rappelle que le Portugal, c’est 5 ans de stabilisation, 5 élections, 3 législatives, 2 présidentielles, 13 gouvernements. Donc nous n’imaginons pas qu’au premier janvier, ce soit fini, non, ce n’est pas vrai, ce n’est même pas commencé dans certains pays et cela mettra du temps. Même dans un pays aussi évolué, aussi éduqué et aussi raisonnable que la Tunisie, il faut passer par plusieurs allés et donc mon message sur ce point est d’appeler à la patience d’une part mais aussi à la vigilance, c’est-à-dire que la société civile ne peut pas faire suite aux élections, les élections ne sont pas quelque chose de définitif, les élections suivantes peuvent changer d’avis mais de toute façons, le suffrage universel a toujours raison. On a beaucoup parlé ici de la montée des partis conservateurs islamistes etc. Le suffrage universel a raison, il a appelé au pouvoir Ennahda, il a appelé au pouvoir le parti de la justice et du développement. Il l’a appelé d’ailleurs d’une manière minoritaire, ce qui veut dire que ceux qui n’aiment pas ces partis peuvent exercer leur vigilance, la vigilance doit s’exercer bien sur par les représentants mais aussi à travers la formalisation et la conduite de tous ces processus de mutation de la gouvernance politique et économique, càd tous les débats. Il faut que la société civile dise ce qu’elle veut en terme de politique et d’économique, ce qu’elle veut en terme de priorités, ce qu’elle veut en terme d’outils économiques mais aussi d’outils politiques, qu’elle le fasse savoir à ses députés, qu’elle le dise quand les députés ne tiennent pas la route et qu’elle s’exprime ensuite par la voie électorale la prochaine fois qu’il y a une consultation. Donc patience d’une part et mobilisation d’autre part. Patience et mobilisation. Alors, comme on a noté que votre patience est limitée, j’en viens à mon troisième point.

Mon troisième point c’est « avec qui ? ». J’ai déjà évoqué le fait que la responsabilité première est dans le peuple, dans les sociétés civiles, dans le pouvoir politique des pays concernés mais si vous me le permettez, comme je suis représentant ici de l’institution européenne, j’ai dévoué toute ma vie professionnelle à l’Europe, plus de vingt ans à l’euro-méditerranéen. C’est donc tout de même un sujet qui m’intéresse. L’Europe ne peut pas s’exonérer de ses responsabilités. Ses responsabilités sont double. J’ai dit tout à l’heure que les valeurs qui ont emporté ce mouvement démocratique sont universelles et elles procèdent aussi de notre propre référentiel, ça c’est le premier point. Le deuxième point pour lequel l’Europe ne peut s’exonérer, je rappellerais ce que j’ai dit hier, c’est que la racine du déséquilibre entre le Nord et le Sud de la Méditerrané est centré sur Europe, il n’est pas aux Etats-Unis, il n’est pas en Australie, il n’est pas en Chine, il est en Europe. Le déficit commercial structurel de 40 milliards, que les 4 pays en transition démocratique affichent vis-à-vis de leur commerce extérieur se fait à 75% dans le commerce extérieur avec l’Europe. Donc ce n’est pas des Etats-Unis, ce n’est pas de l’Australie, de la Chine etc.…que le problème se rendra l’essentiel de la migration. On a beaucoup parlé de migration, l’essentiel de la migration, en tout cas pour tout ce qui est de l’Afrique de Nord, est tourné vers quelques pays européens, l’Italie, l’Espagne et la France pour l’essentiel. Si vous prenez la Méditerranée orientale, c’est vers l’Allemagne car il y a des populations turques etc.… donc c’est en Europe que ça se passe. L’Europe ne peut donc pas s’exonérer de ses responsabilités. J’ajoute un point qui a aussi été beaucoup souligné encore une fois ce matin, c’est la communauté de nos problèmes, nous avons au Nord et au Sud de la Méditerrané les mêmes problèmes. Le questionnement des indignés, c’est quoi ? L’Etat était-il vraiment impartial ? Est-ce que nos politiques sont loyaux vis-à-vis de l’intérêt général? On le voit à propos de la question de la gestion de la crise de la dette. Les indignés, que disent-ils ? Ils disent : je veux plus d’équité et l’équilibre générationnel. On dit que les jeunes qui on fait la révolution au Sud de la Méditerranée demandent tous un meilleur accès aux conditions de vie, c’est-à-dire aux biens essentiels aussi bien au Sud qu’au Nord de la Méditerranée, veulent une meilleure qualité de vie en terme environnemental, en terme urbain etc.…Nous avons donc les mêmes problèmes. Troisième raison pour lequel l’Europe ne peut pas s’exonérer de sa responsabilité, malheureusement, l’Europe en ce moment est aveugle. L’Europe est aveugle à cause de l’affaiblissement dans sa pratique démocratique, de la monté du populisme. Par exemple, le parti des vrais finlandais,  pour le citer, mais il  y en a d’autres. Une démocratie qui joue sur l’émotion, sur des réponses immédiates, sur la compassion et non pas l’action, nous empêche nous européens d’être sur le long terme et en fait, nous étions absent au mois de mars, nous étions absent au mois d’avril et nous sommes re-rentrés dans le jeu qu’à travers le G8. Tout le monde a alors considéré que le G8 était le partenariat des villes, ce n’est pas la bonne réponse.  Le seul problème, c’est que c’est la seule réponse que nous avons, aussi bien pour vous qui êtes au Sud de la Méditerranée que nous qui sommes au Nord. Le partenariat des villes, c’est un truc qui est vraiment fragile. Tout d’abord parce qu’il est intergouvernemental, c’est lourd de marcher à 17 en intergouvernementalité. Ensuite parce qu’il est conduit depuis quelques jours, c’est-à-dire le premier janvier, par quelqu’un qui n’est pas dans la zone même s’il s’y intéresse, c’est Mr Obama. Après Mr Obama, on ne sait même pas qui va le conduire, qui sera le prochain président du G8. L’autre signe de faiblesse du G8, c’est qu’avant que ce ne soit le G8 qui reprenne le Bvp, le président Sarkozy l’a proposé au G7. Le G7 a dit : ce n’est pas mon sujet, mon sujet c’est la régulation financière dans les pays développés, la Méditerranée ne m’intéresse pas. Il l’a proposé au G20, c’est-à-dire aux grands pays émergents mais ils ont dit : la Méditerranée et la démocratie, je n’en ai rien à cirer. Ils l’on dit d’une manière très claire, c’est comme ça que c’est tombé aux mains du G8. Il ne faut donc pas se faire d’illusions là encore, c’est en Euro-méditerranée que cela va se jouer. On a dit aux partis politiques considérables de faire rentrer les pays du golf  dans le partenariat des villes mais je ne suis pas sur, d’abord de l’implication à long terme pour la démocratie des pays du golf, et deuxièmement encore une fois, que ce soit là la racine du problème quand on voit la façon dont l’Arabie saoudite et le Qatar subventionnent ces mouvements en Egypte ou ailleurs.  Quand vous pensez que l’Egypte a refusé le soutien des formalités internationales et ses exigences économiques pour un chèque de trois milliards de dollars de l’Arabie saoudite, je ne suis pas absolument certain que l’on soit en train de construire l’avenir. Donc le G8 n’est pas la bonne réponse mais c’est la seule qu’on ait et là je m’adresse de nouveau à la société civile du Nord comme du Sud, il faut monter en gamme en Europe. Il faut monter en gamme en Europe pour une différentiation entre les pays qui sont en voie de démocratisation et ceux qui ne le sont pas. Le texte existe maintenant mais il faut s’assurer qu’il soit appliqué et il faut demander à l’Europe aussi de trouver des systèmes plus simples que cette foutu IPM qui n’a pas fonctionné parce qu’elle met ensemble tout le monde, et je termine déjà, elle met ensemble l’Albanie ainsi que la Pologne et le Maghreb. Je veux dire que le retour en intergouvernementalité, ça ne fonctionne pas et je termine avec le dernier point qui est au fond, qu’il faudrait peut être que l’on réfléchisse à des modes de coopérations subrégionaux pour l’ensemble de la Méditerranée et d’un seul coup, c’est lourd à gérer.

Jean-Marie Heydt, Président de la Conférence des OING – Conseil de l’Europe

Le mandat de président élu de la Conférence des Organisation Internationales Non Gouvernementales (OING) du Conseil de l’Europe, où nous représentons la société civile organisée, en regroupant un vaste réseau de fédérations internationales d’ONG, me conduit tout d’abord à saluer avec humilité le difficile travail de tous les jours que mènent des milliers d’associations pour que les droits humains deviennent réalité pour toutes les personnes dans les villes et les villages, et je voudrais affirmer que chaque jour nous nous rendons compte à quel point la démocratie est un vrai travail quotidien qu’il faut reprendre tous les matins.

L’Europe n’a pas de leçon à donner, tout au plus, peut-elle partager ses expériences d’après dictatures qu’elle-même à connues et vécues pour conduire les nombreuses transitions vers la démocratie. Outre les évènements de la 2ème guerre mondiale qui ont mené à la création du Conseil de l’Europe, je pense, plus proche de nous, à la chute du mur de Berlin, aux fascismes qui ont existé en Grèce, en Espagne, au Portugal ou encore à la fin du régime en ex-Yougoslavie.

Sortir d’une dictature engendre des processus et génère des problèmes de nature comparable sans qu’ils ne soient identiques pour autant. C’est pourquoi, c’est par l’échange des expériences que chaque pays peut construire et développer la démocratie qui garantisse au mieux la participation des peuples.

Dans le cadre du Conseil de l’Europe, les pères fondateurs ont compris dès 1949 que des décisions ou des réponses uniquement technocratiques, sans la contribution directe des populations, seraient contraires à la démocratie. C’est pourquoi, ils ont associé à la représentation par des parlementaires élus, la voix de la société civile organisée à la fois dans l’esprit et dans la pratique des débats politiques. De la sorte, nous donnons vie, nous donnons corps, nous donnons une place à la démocratie participative, de pouvoir contribuer à l’expression organisée et structurée de la voix des habitants d’Europe – cette voix qui est un pilier indispensable et constitutif de la politique.

Notre expérience est celle d’une Organisation paneuropéenne où le principe du quadrilogue réunit autour de la même table les 47 Etats, représentés par le Comité des ministres, les 47 Parlements, représentés par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, les 200 000 Régions et collectivités locales, représentés par le Congrès des Pouvoirs locaux et régionaux d’Europe et la société civile organisée avec près de 400 OING, représentée par la Conférence des OING.

Le but constant de la Conférence des OING est de faire remonter vers les décideurs politiques, de façon structurée, les connaissances et les compétences de nos réseaux d’ONG nationales et paneuropéennes. A l’inverse, il faut aussi qu’au retour, nous soyons capables de faire redescendre, de proposer à nos réseaux, les outils pédagogiques nécessaires à une compréhension accessible des choix et des actions décidés par les autorités publiques. Par ailleurs nous contribuons, des deux côtés, à la mise en œuvre des instruments de protection des droits humains élaborés par le Conseil de l’Europe. A cela s’ajoute notre capacité d’initiative à nous saisir des enjeux majeurs de société pour les traduire dans une dimension politique que les décideurs pourront prendre en compte. A la différence d’un lobby conduit et porté par une seule ONG, nos propositions et nos lobbies sont le fruit de travaux et de confrontations préalables de nos idées et de nos points de vue. Ainsi, nous proposons aux décideurs politiques des positions déjà issues du débat contradictoire que nous avons mené en amont.

Par ailleurs, parce que nous sommes constitués de nombreuses associations, nous mesurons la difficulté qu’il y a à bien se comprendre, par delà les différences culturelles et nous avons élaboré des outils pour faciliter le dialogue tellement nécessaire à la cohésion sociale.

Je me limiterai à trois exemples, trois expériences, trois outils facilitateurs du dialogue et de la cohésion sociale entre la société civile et les Etats membres du Conseil de l’Europe, trois outils que la société civile organisée conduit :

1er outil, le Conseil d’Experts sur le droit en matière d’ONG.

Si le rapport entre la société civile et les Etats européens est globalement satisfaisant, car « dans de nombreux pays d’Europe les normes internationales, la législation nationale, concernant la création et l’existence d’ONG, sont observées, soit pleinement, soit dans une très large mesure ». Malgré cela, le Comité des ministres écoute avec attention les travaux de notre Conseil d’Experts sur le droit en matière d’ONG.

La vocation de ce Conseil vise à contribuer à la création d’un environnement favorable aux ONG dans toute l’Europe, par l’examen de la législation nationale relative aux ONG et de sa mise en œuvre, et par la promotion du respect des normes et des bonnes pratiques européennes en la matière.

Depuis sa création en 2008, nous établissons un rapport, que je présente aux délégués des ministres des 47 Etats, rapport issu à la fois des observations du terrain mais aussi de l’examen des législations nationales relatives aux ONG et de sa mise en œuvre.

Ce rapport vise :

 à contribuer à la création d’un environnement favorable aux ONG dans toute l’Europe,

 à la promotion du respect des normes du Conseil de l’Europe,

 au développement des bonnes pratiques européennes en la matière,

L’ensemble ayant pour objectif : l’aide, l’appui et une saine coopération avec les Etats.

2ème outil, le Code de bonne pratique sur la participation civile au processus de prise de décision

C’est par cette même dynamique, cette même logique qui a servi à élaborer un outil original « OUTIL de la relation plausible » entre société civile organisée et les autorités nationales, régionales, ou locales, à savoir : le Code de bonne pratique sur la participation civile au processus de prise de décision. Ce code n’est :

 ni un texte législatif qui serait contraignant pour les parties prenantes ;

 ni un catalogue de bonnes intentions qui aurait trouvé sa source dans une soudaine réunion d’ONG ;

Le Code de bonne pratique sur la participation civile se fonde sur des expériences concrètes, issues de la pratique dans divers pays d’Europe. Il s’agit donc d’exemples de mise en commun de bonnes pratiques et de méthodes éprouvées, pour faciliter ces relations que nous avons analysés et structurés dans un document opérationnel. Le Code de bonne pratique sur la participation civile est donc un OUTIL de la relation plausible entre société civile et autorités nationales, régionales, ou locales.

Enfin, 3ème outil, la boite d’outils pour conduire des dialogues interculturels, en cours d’élaboration et opérationnelle dès 2012

A tout moment, dans de nombreux pays, nous devons constater l’existence de violations des droits de l’homme, de discrimination et de situations de pauvreté liées, entre autre, aux migrations en Europe. C’est pourquoi, la Conférence des OING a décidé l’élaboration d’un guide permettant de faciliter le dialogue interculturel. Cet outil est en cours de finalisation, il est élaboré à partir du Livre Blanc sur le Dialogue Interculturel (Mai 2008), sur les conclusions du Forum d’Istanbul et tiendra compte des travaux du Forum de la Société Civile qui vient d’avoir lieu les 13 et 14 novembre à Strasbourg.

Il s’agit non seulement de créer un dialogue, mais encore de le faciliter et d’en assurer le suivi.

Cependant, de façon transversale à ces trois outils, pour nous, la condition sine qua non, de nos travaux et de ce qui nous rassemble, est le respect des droits humains. Nous sommes, par définition, des perpétuels combattants pour la liberté et la dignité de chaque être humain. Mais ce combat, nous le conduisons aussi pour réduire le fossé entre les grands principes évoqués, les grands textes, les grandes déclarations et la réalité vécue par les populations.

Nos acquis culturels et historiques, nos pratiques linguistiques ou religieuses, nous conduisent à concevoir la vie en société avec des prismes parfois différents. Cependant, malgré ces approches hétérogènes, nous avons des convictions partagées, des convictions traduites dans les Traités internationaux qui lient les Etats en Europe, notamment la CEDHi et la CSEii ; Traités sur lesquels nous ne transigeons pas et qui sont le reflet de la déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Ce sont ces accords qui font que les êtres humains peuvent vivre ensemble dans une société où nous sommes capables de rejeter la barbarie, capables de refuser toutes les formes de discriminations, capables de nous opposer à la xénophobie, capables d’affirmer l’évidente égalité entre les femmes et les hommes…, autant de valeurs transcrites dans ces Traités internationaux. Nous défendons tout simplement la vie, une vie meilleure pour toutes les femmes et tous les hommes de nos pays. Celle-ci nécessite que tout être humain possède des droits universels, inaliénables, reflétés dans le droit national en vigueur et quels que soient les déterminants locaux ou individuels tels que l’ethnie, la nationalité ou la religion. L’être humain, en tant que tel, et indépendamment de sa condition sociale, a des droits opposables en toutes circonstances, c’est pourquoi, le concept même de droits de l’homme, ou de droit humain, est par définition universaliste et égalitaire.

De cette affirmation découle l’évidence que les droits humains sont incompatibles avec les systèmes et les régimes fondés sur une quelconque supériorité d’une caste, d’une race, d’un peuple, d’un genre, d’une croyance, d’une classe ou d’un groupe social. De la même manière, les droits humains sont incompatibles avec l’élimination ou l’oppression de femmes et d’hommes considérés comme pouvant faire obstacle à l’évolution ou à la construction, notamment démocratique, d’une société.

Un espace démocratique est un chantier permanent auquel nous devons travailler chaque jour. C’est pourquoi, en tant que société civile organisée, membre de la Conférence des OING, au sein du Conseil de l’Europe, nous n’avons de cesse de partager et confronter nos idées et expériences, autant de richesses et de pierres utiles à l’édification d’une démocratie de qualité, dont nous souhaitons poursuivre la création.

Mais que l’on ne s’y trompe pas, la société civile organisée n’est ni un parti politique, ni un contre pouvoir aspirant à prendre le pouvoir, ce serait une grave erreur de compréhension de notre mission. La société civile organisée, les OING en l’occurrence, doit s’engager auprès des élus, sans risque de confusion des rôles et des responsabilités, avec un constant souci de coopération et de complémentarité, y compris en s’opposant sur les sujets qui dérangent.

C’est par une constante et active interaction et coopération, entre décideurs politiques et citoyens, que les pouvoirs publics sont en mesure de mettre en œuvre une politique consensuelle et réaliste de la vie de la cité.

Dans ce contexte là, nous sommes disposés à poursuivre nos travaux avec toutes celles et tous ceux qui souhaitent connaître nos expériences et nous savons qu’en même temps nous en ressortirons nous même enrichis.

Vicent Garces, Député Européen – Membre du Conseil Consultatif de l’ACM

Cette assemblée est la deuxième que nous organisons. La première a eu lieu à Valencia (Espagne) en juillet 2010. Nous avons choisi de faire cette deuxième assemblée à Tunis, en hommage au peuple de la Tunisie et à son processus de changement ainsi qu’à tous les peuples de la Méditerranée qui travaillent pour leur avenir. Un avenir qui va être construit par eux. Ce ne sont pas uniquement les institutions publiques européennes ou africaines, même si elles nous représentent, qui vont construire l’avenir des peuples de la  Méditerranée. Ces institutions sont en train de renouveler leurs discours.

Ce sont les peuples de la Méditerranée qui sont en train d’écrire leur destin, avec leur liberté,  leur façon de voir les choses, leur histoire, avec la jeunesse, et avec l’ensemble de ces sociétés.

Notre Assemblée n’est pas une assemblée politique. Ce n’est pas une Assemblée qui prétend occuper l’espace des partis politiques ou institutions publiques. C’est une Assemblée exclusivement de citoyens et citoyennes avec l’importance, grande et petite, que le terme citoyen et citoyenne comporte. Grande, parce que la citoyenneté c’est la source de toute légitimité politique, c’est la source des communautés, du peuple sujet de droits et de responsabilités. Mais petite aussi, parce que face à nous, le peuple, citoyens et citoyennes, on trouve parfois la force énorme des pouvoirs économiques avec leurs intérêts qui dominent le scénario de la réalité.

Les interventions que nous avons entendues ce matin et ces derniers jours nous donnent de l’espoir et de la force pour continuer notre travail. Un travail basé sur des principes et des valeurs universelles qui se trouvent dans la Charte de l’ACM.  Des principes et des valeurs qui, comme nous le savons, ne s’imposent pas par la force. Ce sont des principes et des valeurs qui sont partagés avec la connaissance,  la compréhension, la tolérance et l’exercice de la solidarité entre les personnes et les peuples.

Ces derniers jours se sont exprimé aussi le respect de la servitude volontaire et l’appel à la liberté. Nous, les Européens du Nord de la Méditerranée et les peuples du Sud de la Méditerranée,  nous savons ce qu’est la servitude mais parfois, elle n’est pas volontaire et on sait très bien aussi, dans notre histoire récente et ancienne, ce qu’est la peur. Ce sont deux constantes dans notre histoire si bien que nous savons combien il est difficile d’avancer contre ces deux présences dominantes, mais nous avançons.

On a parlé de la transition démocratique en Espagne, au Portugal et en Grèce. Des transitions non miraculeuses, complexes, avec beaucoup de contradictions internes et qui parfois sont à la base des problèmes économiques actuels.  Les transitions politiques démocratiques ne résolvent pas tous les problèmes de la société mais ce sont des processus  nécessaires pour la construction d’un espace politique démocratique capable de donner la parole au peuple.

Notre Assemblée cherche à travers le dialogue citoyen à construire des espaces de liberté et de dialogue entre citoyens et citoyennes de la Méditerranée. Les conclusions de cette Assemblée seront diffusées aux citoyens et citoyennes de la Méditerranée ainsi qu’à toutes les institutions publiques présentes et à d’autres qui n’étaient pas présentes.

Il y a certaines institutions qui ont été invitées mais malheureusement, elles ne sont pas parmi nous. L’une, c’est l’Organisation pour la Libération de la Palestine (OLP) qui a une longue histoire en Tunisie et avec laquelle nous voulions échanger. Nous avions invité aussi Monsieur le Président de l’Assemblée Constituante Tunisienne qui malheureusement n’a pas pu venir, mais nous avons eu la présence parmi nous des députés de l’Assemblée Constituante et nous avons pu dialoguer avec eux.

Pendant ces jours, nous avons eu plusieurs propositions de partenariat qui vont permettre l’élargissement du travail de l’ACM. En particulier avec l’Assemblée Parlementaire de la Méditerranée (APM),  le Comité des Régions – ARLEM, le Conseil Economique et social euro-méditerranéen (CESE) et l’Université Euro-Méditerranéenne (EMUNI).

Il faut que je remercie encore une fois nos amis tunisiens qui nous ont donné la possibilité de mieux connaître la réalité de leur pays. Je remercie aussi toutes les institutions publiques qui nous ont accompagnées.

Je remercie également la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme pour son appui permanent, qui a permis la naissance et le développement de l’ACM et je veux remercier aussi toute l’équipe de travail, notamment Monsieur Ahmed Driss, du Centre des Etudes Méditerranéennes et Internationales (CEMI), les interprètes et tous les amis de la Tunisie qu’on n’a pas vu mais qui ont permis la tenue de notre Assemblée.

Je veux remercier spécialement les 150 citoyens et citoyennes qui ont participé à cette Assemblée, venus de tous les coins de la Méditerranée, des cercles d’Albanie, du Monténégro, de Rome, de Valencia, de Casablanca, d’Oran, des amis de l’Egypte et de la Turquie et des autres pays de la Méditerranée qui, par leurs efforts pendant ces deux jours, ont permis  l’avancée des idées vers l’avenir.

Fundación Asamblea de Ciudadanos y Ciudadanas del Mediterráneo
Calle San Francisco de Borja 20 – 8 - 46007 Valencia, Spain - Phone: +34 963 219 558 - E-mail: secretariat.facm@gmail.com