agosto 29, 2012

Synthèse des agoras thématiques de la deuxième Assemblée de Tunis

4.2 Synthèses des agoras thématiques

Ces agoras ont permis un dialogue ouvert, pluriel et riche entre les participants et participantes et ont eu pour but d’élaborer collectivement des propositions concrètes pour l’avenir des peuples méditerranéens. Le dialogue a été organisé autour de 4 thèmes.

Agora 1: Démocratie citoyenne : quelles perspectives politiques ?

Agora 2: Démocratie citoyenne : quelles perspectives économiques ?

Agora 3: Démocratie citoyenne : égalité et participation

Agora 4: Démocratie citoyenne : dialogues culturel et religieux

4.2.1 Perspectives politiques

Forces

La Méditerranée est un espace historique de coopération économique sociale et culturelle qui va au delà des institutions politiques actuelles. Les participants ont rappelés que  la Méditerranée est le lieu où la démocratie a été inventée.

Les participants ont également souligné qu’un nouvel espace de dialogue politique apparaissait en Méditerranée, du niveau local au national, du national au local, du citoyen au politique, et que la très nombreuse jeunesse est et sera le moteur du changement en Méditerranée. Ils ont reconnus que le nouveau panarabisme citoyen comme appartenance, culturelle, géographique de toute une communauté se veut respectueux de la diversité de la Méditerranée.

Faiblesses

L’échec de l’UPM qui a repoussé certaines questions (Palestine, Sahara occidental immigration) et gonflé d’autres (économique), tout comme la méfiance des sociétés du Nord vis à vis de la protection des libertés individuelles dans les pays méditerranéens en transition politique, ont été admis par les participants qui constatent que la Méditerranée est aujourd’hui plus une scène qu’un acteur.

Ils ont noté également que la démocratie, dans certains pays, se résumait souvent à des élections dont la mobilisation citoyenne est faible. A côté de ces éléments, ils s’indignent du manque de transparence et de comportement démocratique dans la bureaucratie.

La difficile mobilité des jeunes et le manque de débouchés professionnels auxquels ils font face, créant une frustration certaine, particulièrement pour les jeunes diplômés, a finalement été à nouveau soulignée.

Opportunités

Selon les participants, la démocratie est un processus qui exige la présence permanente de la citoyenneté pour l’améliorer et qui exige également un développement économique. Ils ont conscience de la nécessité  de changer le modèle économique et politique actuel, ainsi que de repenser le modèle démocratique électoral actuel vers un modèle plus adapté à la diversité et à la complexité des peuples méditerranéens.

Ils ont indiqués qu’il était nécessaire qu’une nouvelle dynamique s’installe dans les pays méditerranéens de l’Afrique du Nord, orientée pas seulement vers l’Europe, mais aussi vers les autres pays Africains.

Menaces

Les participants constatent que le débat politique est trop souvent centré autour de symboles (par exemple le port du voile) plutôt que sur les véritables aspirations citoyennes et qu’il existe une récupération politique du débat citoyen.

De plus ils s’inquiètent que les droits politiques acquis ne soient pas suivis par les droits sociaux.  Le traitement hostile par les gouvernements du nord des réfugiés du sud dans le cadre des crises a été mentionné et démontre souvent une hypocrisie des intérêts, et une politique du deux poids deux mesures.

Enfin, il y a une véritable incertitude sur la volonté politique de créer un avenir commun de la Méditerranée.

Défis

Les citoyens ont énoncés les défis futures et émis de nombreuses propositions durant cette agora « perspectives politiques ».

Ils réclament par exemple un meilleur accès des femmes aux droits dans la sphère politique, économique et sociale. Ils désirent qu’on privilégie les compétences plutôt que le clientélisme dans la réorganisation de l’administration publique et du pouvoir politique. Les révolutions arabes doivent mener à des réformes révolutionnaires.

Ils souhaitent maintenir l’espoir des jeunes, acteurs du changement en facilitant leur mobilité et en les impliquant dans le débat politique et économique.

Ils désirent que la circulation des personnes, et pas seulement des marchandises, devienne absolument une réalité en Méditerranée.

Egalement, que tous les différents acteurs sociaux soient reconnus dans leur capacité d’interpellation et de critique des élus politiques.

Ils ont longuement débattu de la nécessité du vote obligatoire pour assurer la transition démocratique.

Enfin ils souhaitent que la Méditerranée s’inscrive dans un agenda régional pour qu’elle ne disparaisse pas entre Union européenne et Union africaine.

4.2.2 Perspectives économiques

Forces

Les premières grandes forces de la méditerranée est la richesse des ressources naturelles et sa position géographique de carrefour.

Ensuite, il existe de véritables forces citoyennes: jeunesse nombreuse et éduquée, un grand  engagement des femmes, et la société civile y est de mieux en mieux organisée et motivée.

Faiblesses

A côté de ces forces il existe malheureusement de nombreuses faiblesses du point de vue économique: mauvaise gouvernance, chômage, dégradation des comptes publiques, dégradation de la balance commerciale, endettement…

Les disparités sociales subsistent encore en Méditerranée et on constate tant un mépris du monde rural qu’une mauvaise gestion urbaine, péri-urbaine et d’intégration du territoire. Ces faiblesses se retrouvent également dans les comportements liés à la gestion des ressources.

Enfin le clientélisme et la corruption restent endémiques.

Opportunités

Les participants pensent qu’il est nécessaire d’améliorer l’orientation et la formation professionnelle pour dynamiser le marché du travail et de renforcer la participation de la société civile.

Sur le plan économique: il est indispensable de profiter du marché interne, d’encourager la production locale, un environnement favorable au business, une intégration économique régionale et une croissance inclusive, les énergies renouvelables et le développement durable en utilisant la fiscalité comme levier de légitimation du changement.

Il est temps de construire et consolider un état de droit impartial. Il faut encourager la  décentralisation et accompagner de nouvelles politiques locales, partager les expériences dans les politiques publiques, créer de nouveaux services publics, favoriser l’aménagement du territoire et faire de la mer méditerranéenne un espace d’organisation sociétal plutôt qu’une frontière.

Menaces

Un recul des libertés, une perte de cohésion sociale, une crise de la démocratie et une récupération des mouvements religieux sont, selon les participants, des menaces qui pèsent sur le monde méditerranéen.

D’autres menaces existent également au niveau environnemental, dues aux pollutions de l’air, du sol et de la mer ou au changement climatique.

Ils notent finalement une vision d’un développement économique à court-terme, qu’il existe déséquilibre court-terme/long terme, parfois un retour à la facilité de l’assistance, voire un retour aux dialectiques sécurité-développement et sécurité/liberté.

Défis

Les citoyens participants à cette agora pensent qu’il faut garder la dynamique politique démocratique, développer la société de l’information et de la connaissance, du respect et de la tolérance. Cela nécessite un bon calendrier de réformes, de renforcer la souveraineté de la citoyenneté face aux pouvoirs technocrates et bureaucratiques.

Au niveau économique et social, il faut favoriser la création d’emploi, évaluer et favoriser les politiques publiques qui doivent être justes et équitables. Au niveau des relations extérieures, il faut pouvoir restaurer la confiance, repenser les relations nord-sud, sud-sud et sud-est.

Finalement, les participants proposent la création d’un observatoire méditerranéen de l’emploi de l’immigration professionnelle.

4.2.3 Egalité et participation

Forces

Les participants à cette agora ont tout d’abord rappelé les contributions de tous les peuples méditerranéens à l’avancée de la civilisation à chaque période historique. La Tolérance est une caractéristique de certaines périodes historiques en Méditerranée.

Ils ont ensuite souligné la force de la citoyenneté à travers des révolutions citoyennes d’abord pacifiques. Ils considèrent la jeunesse et la citoyenneté sont les garants des révolutions. De nouveaux mouvements de citoyens sont apparus et le niveau élevé d’instruction des femmes et de leurs revendications a été souligné.

Faiblesses

Selon les participants, le Rôle politique de l’armée est une grande faiblesse dans certains pays de la Méditerranée. De plus, un budget trop élevé consacré au militaire et à la sécurité au détriment des avancées socio-économiques.

L’existence entre les peuples de frontières religieuses et culturelles symboliques a été soulignée tout comme le déficit législatif du droit des femmes ou même l’instrumentalisation de leur vote.

Finalement, ils ont rappelé que la question palestinienne divise les peuples des deux rives de la Méditerranée.

Opportunités

Les participants ont estimé qu’il fallait valoriser le niveau élevé d’éducation des femmes pour l’amélioration de la société, intégrer l’approche genre dans les programmes de développement pour l’autonomisation des femmes. Cette autonomie peut être renforcée par  la maîtrise des femmes de leur corps.

Le fait qu’il existe des structures de la société civile pour la protection des acquis en matière d’égalité et de participation est une autre opportunité.

Menaces

Une grande menace reste le retour d’un certain conservatisme qui remet en question des acquis. En période de crise, des menaces apparaissent également pour les populations fragiles en termes d’égalité des chances et d’accès aux services.

Les participants ont aussi constaté la difficulté du pouvoir religieux pour intégrer la démocratie et se sont interroger sur la place des minorités culturelles, ethniques et religieuses dans les futurs systèmes politiques. En effet, il existe un réel risque d’intolérance et de sectarisme religieux.

Défis

Les défis et propositions en matière d’égalité et de participation sont extrêmement nombreux et ont été remarquablement identifiés par les participants.

Tout d’abord, il est primordial d’offrir un accès universel à une éducation publique de qualité, mais également une éducation démocratique à l’armée et renforcer le rôle de la société civile dans la formation des forces armées

Ensuite, il faut absolument revaloriser notre mémoire partagée. Les transitions démocratiques en cours et passées peuvent servir d’exemples aux peuples méditerranéens. L’accès à l’information et la transparence restent des garanties de la défense de la démocratie.

Les participants ont rappelé le droit des Palestiniens à l’auto-détermination et à un Etat. Ils estiment que les citoyens doivent mettre les états face à leurs responsabilités par rapport au conflit israélo-palestinien et encourager un mouvement de solidarité envers la Palestine.

Ils ont justement indiqué que le système démocratique est basé sur une décision majoritaire,  le respect des minorités, la séparation des pouvoirs pour la garantie des libertés individuelles et le droit des femmes. Les efforts législatifs doivent être doublés de changements des pratiques pour la réalisation des droits des femmes. Egalement il faut penser le droit et l’éducation des femmes pas uniquement comme garantes de la famille mais aussi comme acteur social. Finalement, ils recommandent de revoir les constitutions pour intégrer la diversité culturelle.

Des propositions concernant le rôle de l’ACM ont finalement été émises : L’ACM pourrait se mettre en réseau avec d’autres initiatives pour l’égalité et la participation ainsi qu’ encourager la participation des jeunes dans l’ACM.

4.2.4 Dialogue culturel et religieux

Forces

Les participants à l’agora 4 “dialogue culturel et religieux” ont souligné que la diversité culturelle et religieuse méditerranéenne était une richesse et une part essentielle du patrimoine commun. L’interdépendance historique des populations méditerranéennes explique la continuité des échanges.

 

La liberté doit, selon eux, être considéré comme une force créatrice et le printemps arabe a été perçu au Nord comme au Sud comme une poursuite de la dignité humaine.

 

Faiblesses

Les participants se sont indignés de la persistance de l’euro-centrisme et du retour à  des relations institutionnelles euro-méditerranéennes marginalisant de ce fait les acteurs des sociétés civiles.

 

Ils ont en outre indiqué que la diversité culturelle et religieuse n’est pas toujours perçue comme un atout en Méditerranée. Cela peut se traduire par la fermeture des systèmes éducatifs à cette diversité Méditerranéenne.

 

Les limites du dialogue religieux ont également été mentionnées, dues au fait que les chefs religieux sont incapables de transgresser leurs dogmes fondamentaux. On note aussi un appel à l’héritage religieux pour rétablir des barrières.
Il existe finalement un paradoxe entre le besoin d’un état d’assurer l’égalité des droits à tous ses citoyens et le risque que cet état impose une vision uniforme.

 

Opportunités

 

Alors que certains la voit comme une faiblesse, les participants à cette agora pensent que la diversité religieuse et culturelle des peuples méditerranéens favorise une appartenance citoyenne plurielle. En effet,  “le Respect de l’autre empêche l’oppression des nôtres” et “le dialogue facilite l’apprentissage personnel”.

 

Les participants pensent qu’il faut absolument définir les points de convergence entre les différentes cultures et religions.

 

Menaces

 

Les participants redoutent l’instrumentalisation par certains acteurs politiques de la diversité religieuse et culturelle, ou une interprétation des conflits inter-religieux et inter-culturels sans prendre en compte les intérêts politiques et économiques qui se cachent parfois derrière. Ils se méfient d’un certain repli sur le passé.

 

Ils soulignent que la manipulation de l’information et la désinformation favorise l’incompréhension, et se rendent compte de la force des préjugés et des stéréotypes sur la force de la raison.

 

Défis

 

Selon les participants à cette agora, il faut faire de l’éducation le noyau d’un cadre multilatéral méditerranéen renouvelé, construire le sens d’appartenance à l’espace méditerranéen, rappeler les apports des diverses civilisations méditerranéennes dans les manuels scolaires, encourager les échanges universitaires et renforcer l’éducation pour former une société civile vigilante.

 

Egalement, ils souhaitent une consolidation de la liberté religieuse et de croyance dans la région méditerranéenne ainsi qu’une consolidation des droits humains, dont le respect des minorités et le droit individuel à la citoyenneté.

Fundación Asamblea de Ciudadanos y Ciudadanas del Mediterráneo
Calle San Francisco de Borja 20 – 8 - 46007 Valencia, Spain - Phone: +34 963 219 558 - E-mail: secretariat.facm@gmail.com